Hospices de Beaune

Les Hospices de Beaune, créés en 1452, sont de nos jours, avec leurs enchères des vins les plus prestigieux de la Bourgogne, considérés comme la plus grande vente de charité du monde.



Histoire - La création des Hospices

La création des Hospices de Beaune s'inscrit dans un contexte historique particulier. Ses fondateurs ont donné à l'institution une vocation encore présente aujourd'hui à travers ses diverses activités. Le 4 août 1443 naît l'Hôtel-Dieu. La guerre de cent ans s'est achevée par la signature du traité d'Arras en 1435. Toutefois les massacres continuent, les "écorcheurs" pillent et ruinent les campagnes, provoquant misère et famine. Les Beaunois sont dans leur grande majorité déclarés indigents.
Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne Philippe le Bon et son épouse Guigone de Salins décident alors de créer un hôpital pour les pauvres. Le 1er janvier 1452, l'hôpital accueille son premier patient. Vieillards, infirmes, orphelins, malades, parturientes, indigents, fréquentent l'institution du Moyen Âge au XXe siècle. Les Soeurs Hospitalières prodiguent les soins sans relâche et demeurent l'essence même, pendant des siècles, de l'Hôtel-Dieu. De tout temps, il n'a jamais cessé de rayonner et a fédéré d'autres établissements à Pommard, Nolay, Meursault et Beaune pour constituer une communauté que l'usage a dès lors baptisée : Hospices de Beaune.
​L'Hôtel-Dieu est une réalisation de l'architecte flamand Jacques Wiscrère en 1443.


Si l'Hôtel-Dieu de Beaune a pu être conservé tel qu'il fut conçu par ses fondateurs, le Chancelier du Duc de Bourgogne Nicolas Rolin et son épouse Guigone de Salins, s'il a pu remplir intégralement la mission de charité que ceux-ci lui avaient assignée en soignant gratuitement pendant des siècles les indigents de la ville de Beaune et un certain nombre de communes avoisinantes, si, en améliorant constamment ses services et en créant de nouvelles installations, il est devenu un grand établissement hospitalier moderne, il le doit surtout à l'incomparable domaine viticole dont il a été peu à peu doté au cours des siècles par des généreux bienfaiteurs. Grâce aux dons qui se sont succédés tout au long de son histoire, la surface en production exploitée par le domaine avoisine les 60 hectares, dont 50 sont consacrés au Pinot Noir, le reste au Chardonnay. Les cuvées sont le résultat d'un assemblage harmonieux de différents climats, ce qui contribue à créer l'originalité des vins du domaine viticole des Hospices de Beaune. La majorité des vignes est constituée de Premiers et Grands Crus. Elles sont essentiellement axées autour de Beaune (Auxey-Duresses, Beaune, Meursault, Monthelie, Pommard, Pernand-Vergelesses, Puligny-Montrachet, Savigny-les-Beaune et Volnay) en raison du lieu historique de l'hôpital et portent des noms prestigieux comme Beaune Clos des Avaux Premier Cru, Corton Grand Cru et autres. Mais les Hospices sont également propriétaires de vignes en Côte de Nuits, avec les Grands Crus Mazis-Chambertin et Clos de la Roche, et en Maconnais avec des parcelles de Pouilly-Fuissé. L'âge des vignes est en moyenne d'environ 35 ans. La plupart de ces parcelles sont situées dans des zones d'appellation prestigieuses. Ce sont pratiquement toutes des premiers crus et des grands crus. Les 44 cuvées portées au catalogue de la Vente des Vins des Hospices de Beaune indiquent le nom du vin ou du village et celui du donateur.

La gestion du domaine viticole

L'exploitation du domaine viticole est confiée à 22 vignerons, salariés des Hospices, travaillant sous la direction de Roland Masse, régisseur du domaine. Chacun des vignerons est responsable d'un "vigneronnage" d'environ 2 hectares et demi. Ils respectent l'environnement et maîtrisent les rendements de leurs vignes pour exprimer au mieux leurs terroirs. 44 cuvées sont vendues aux enchères. Depuis 1995, la culture raisonnée est pratiquée : les herbicides ne sont pas utilisés, des labours sont effectués été comme hiver et les traitements choisis en fonction de leur capacité de conserver l'équilibre biologique naturel. Depuis 2008, la totalité des raisins composant les cuvées des Hospices de Beaune a été produite sans l'utilisation de produits de synthèse, selon des méthodes de viticulture biologique. Les vendanges se font manuellement, les raisins étant transportés dans des caisses ajourées à la nouvelle cuverie où se fait, depuis 1994, la vinification.


Vente aux enchères publiques

Ces différentes cuvées qui portent les noms des bienfaiteurs de l'hospice sont mises en vente, chaque année, aux enchères publiques, « le troisième dimanche de novembre », au cours des grandes festivités bourguignonnes.
Depuis 2005, le Conseil d'Administration des Hospices Civils de Beaune a décidé de confier à la société Christie's la vente aux enchères des vins issus de son domaine viticole. Aujourd'hui, l'Hôtel-Dieu est un musée dont la splendeur architecturale, restée intacte depuis le XVe siècle n'a d'égale que l'éthique très actuelle de l'institution, qui n'a jamais dérogé à sa mission initiale, celle de secourir et soulager la personne démunie en proie à la solitude ou à la maladie. Les bénéfices retirés de locations de salles prestigieuses, de visites du musée et de sa boutique, et de journées découverte des Hospices servent à améliorer les conditions d'accueil et de soin, à moderniser le centre hospitalier et à entretenir le patrimoine de l'institution. L'histoire et l'organisation des Hospices Civils de Beaune, fondés en 1443 par le chancelier Nicolas Rolin, sont restés, sans interruption, à l'entière disposition de tous. Cette institution, originale par son patrimoine viticole et historique, est associée à la vie économique locale. Rendu nécessaire par l'évolution des techniques médicales, l'hôpital, dénommé Centre Hospitalier Philippe Le Bon, est opérationnel depuis le 21 avril 1971. Il accueille les patients relevant des disciplines de court séjour. Un centre de long et moyen séjour, le centre Nicolas Rolin, ainsi que deux structures d'hébergement, l'Hôtel-Dieu et la Charité, forment un EHPAD (Établissement hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) et offrent également leurs services à la population locale. Les services qui sont associés à cette prestigieuse institution bourguignonne comprend plus de 800 salariés.
Location de salles
Issu de dons successifs au fil des siècles, l'ensemble immobilier appartenant à l'institution est important. Il compte quelques beaux fleurons datant du XV ème siècle comme le couvent des Cordeliers, mitoyen de l'Hôtel-Dieu, ainsi que le bastion attenant, ou encore l'Hôtel de Saulx. Certaines salles sont louées lors de séminaires, de manifestations prestigieuses et de galas.
Ces enchères des vins les plus prestigieux de la Bourgogne, permettant de soulager bien des souffrances, d'entretenir plusieurs centaines de vieillards, la modernisation des équipements médicaux et le confort des installations recevant malades et personnes âgées, sont considérées comme la plus grande vente de charité du monde.

Domaine Viticole Hospices Civils de Beaune
Avenue Guigone de Salins - BP 104 - 21200 BEAUNE
Tél. : 03 80 24 44 17 - Fax : 03 80 24 46 46
E-mail : direction@ch-beaune.fr
Fédération des Négociants Eleveurs de Grande Bourgogne
7, Place Carnot - 21200 BEAUNE
Tél. : 03 80 22 19 60 - Fax : 03 80 24 03 88


Les toits multicolores de l'Hôtel-Dieu sont devenus l'un des symboles de la Bourgogne. Mais qui soupçonnerait que cet écrin d'architecture renferme une collection de quelques 5 000 objets, dont le plus célèbre est le polyptyque du Jugement dernier de Rogier van der Weyden ?
Dès la fondation, Nicolas Rolin avait prévu la dotation de l'établissement en meubles, tapisseries et autres objets, dont on peut se faire une idée précise grâce à un inventaire détaillé de 1501. Ces objets ont trois origines distinctes : la fondation elle-même, les nécessités du fonctionnement d'un hôpital et les dons et legs de bienfaiteurs ou de malades y ayant séjourné. L'Inventaire général de Bourgogne a mené depuis 1988 une étude exhaustive et a mis en lumière quelques 2 500 meubles (lits, coffres...) et 2 500 objets (tapisseries, tableaux, sculptures, pots à pharmacie...).
Près de 400 000 visiteurs côtoient chaque année l'Hôtel-Dieu qui aujourd'hui couvre une aire importante de la ville de Beaune avec son musée, ses trois cours, ses dépendances, son bastion du XVè siècle et ses centaines de mètres de caves conservant, notamment, la réserve personnelle des Hospices.
Les quatre bâtiments ouverts au public, cernant la cour d'honneur, représentent la configuration de l'Hôtel-Dieu d'antan. La beauté intérieure des pièces égale la beauté extérieure. Dans la grande salle des pauvres ornée de poutres polychromes uniques au monde règne une sérénité qui ne saurait laisser insensible. Les salles Sainte-Anne, Saint-Nicolas, Saint-Hugues et Saint-Louis regorgent de trésors : statuaires, meubles, poteries, tableaux, tapisseries... et la cuisine a été reconstituée à l'image de celle qui existait au siècle dernier.
Le Polyptyque du Jugement Dernier, œuvre magistrale du peintre flamand Rogier Van Der Weyden est tout particulièrement mis en valeur dans une salle climatisée.
Le musée de l'Hôtel-Dieu est ouvert au public tous les jours de l'année.
Horaires de la billetterie 2009/2010
du 16 novembre 2009 au 19 mars 2010 : de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 17h30
du 20 mars 2010 au 21 novembre 2010 : de 9h00 à 18h30
du 22 novembre 2010 au 25 mars 2011 : de 9h00 à 11h30 et de 14h00 à 17h30
Les derniers visiteurs peuvent rester dans l'enceinte de l'Hôtel-Dieu pendant une heure après la fermeture de la billetterie.
Tarifs d'entrée valables pour 2009/2010 (du 1er janvier au 31 déc
Adulte individuel                                       6,50 €
Adulte en groupe organisé (10 pers.et +) 5,50 €
 
Téléphone : 00.33.(0)380.24.45.00 - Télécopie : 00.33.(0)380.24.45.99
E-mail : hospices.beaune@wanadoo.fr

Retraite de Roland Masse

Roland Masse, le réputé régisseur des Hospices de Beaune, prend sa retraite en 2014 à l'âge 61 ans.
Depuis plus de 15 ans qu'il met sa griffe sur la noble production du domaine des Hospices. Il termine tout en beauté avec sa dernière vente; le millésime 2013. Nonobstant un millésime assez moyen, le montant de 6,3 millions a pulvérisé tous les records précédants.

        Suivez nous sur: Gogle +

Retour Chais-et-Vignes
Retour Chais-et-Vignes




L'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Dimanche 7 Mars 2010
Adelin Pâques
Lu 3387 fois

Médoc | Libourne | Graves | Bourgogne | Rhône | V.Blancs | Le Cellier | Classements | Régional | Vigne et Vin | Domaines | Presse | Librairie | Archives | Confidences


Infos XML
Reportages et chroniques au sujet du vin, la vigne, les châteaux et domaines. Informations et presse sur l'actualité des régions viticoles, appellations, vendanges, dégustations et classements. Avis et suggestions d'orientation dans la selection des vins.