Les tables de tri vibrantes

Il existe différents systèmes de tri : à la vigne, sur la machine à vendanger ou au chai.



Le tri de la vendange est l’opération qui consiste à séparer les produits nobles des déchets. Ceux-ci peuvent être des grappillons verts, des raisins à l’état sanitaire insuffisant, des débris végétaux (feuilles et débris de feuilles, rafles et fragments de rafles, pétioles...), des corps étrangers (éléments de palissage, sarments, ceps, corps métalliques, petits animaux...).
Le principe du tri manuel consiste à faire défiler la vendange en couche mince sur un support en mouvement devant le personnel affecté au tri. Les tables de tri linéaires sont généralement équipées d’un variateur de vitesse. Les vitesses maximales d’avancement du tapis se situent généralement autour de 10 m / minute, certaines jusqu’à environ 40 m / minute.
La table de tri vibrante
Elle permet un égouttage efficace dans le respect des grappes et des baies.
Le travail du tri manuel est préparé grâce à une répartition régulière de la vendange manuelle ou mécanique. Les tables de tri manuel linéaires ou vibrantes peuvent être positionnées avant ou après l’érafloire.




AVANT L’ERAFLOIR : Dans le cas de vendanges mécaniques, elle permet d’éliminer les raisins pourris ou au contraire pas suffisamment mûrs récoltés par la machine et qui se retrouvent écrasés et mélangés aux raisins sains après éraflage. Le tri avant érafloir permet également d’enlever les portions de feuilles, les pétioles et autres débris divers avant qu’ils ne soient lacérés si non séparés par l’érafloir.
APRES L’ERAFLOIR : Le tri manuel complète dans ce cas le nettoyage de la récolte effectué mécaniquement par l’érafloir, en éliminant une partie des pétioles, fragments de rafles et feuilles présents dans la vendange éraflée avant l’encuvage. Le fonctionnement de ce matériel est détaillé au chapitre.Les tables de tri vibrantes automatiques se placent après l’érafloir pour éliminer en partie les pétioles et bouts de rafle, restants dans la vendange, et d’une taille supérieure à celle des baies qui n’ont pas été éliminés par l’éraflage.

Les tables de tri à la vigne sont installées en bordure de vigne, soit montées sur remorque, soit fixées à la remorque. Elles se situent entre le tri sur pied et le transport en benne. Ce type d’organisation est plus particulièrement destiné à la récolte manuelle.
Certains constructeurs proposent même des kits pliables adaptables aux bennes à vendanges.

Tous les constructeurs de machines à vendanger installent désormais en options des appareils de tri permettant d’éliminer le maximum de débris végétaux et de feuilles de la vendange récoltée. Ces systèmes peuvent être de type :  aspiration centrifuge permettant d’éliminer les feuilles et autres débris légers comme sur les machines Pellenc.

Au chai, seul un tri complémentaire (manuel ou automatique) est alors nécessaire avant l’encuvage.
Pour optimiser le tri au chai, quelques règles sont à respecter:
     Trier le plus tôt possible après la récolte, dès réception au chai.
     Eviter les transports brutaux susceptibles d’écraser la vendange.
     Egoutter au maximum la vendange pour faciliter le tri et éviter l’oxydation du jus.
Le choix des appareils intervenant dans  la chaîne de tri au chai est fonction du mode de récolte des raisins, de l'état de la  vendange récoltée et de la qualité de vendange encuvée désirée par le vinificateur.
Les matériels concernés sont: 
     Les érafloirs
     Les tables de tri manuel linéaires
     Les tables vibrantes égoutteuses
     Les tables de tri vibrantes manuelles et automatiques

L’installation d’une chaîne de réception doit prendre en compte plusieurs éléments.
    Le mode de transport de la vendange.
    La ligne de réception existante (conquet, érafloir, ...), son organisation, sa disposition.
    La place disponible : nécessité d’élévateur, installation gravitaire, ...
    La coordination des vitesses de travail des différents éléments.
    Les impératifs œnologiques : nombre d’intermédiaires ayant des actions mécaniques sur la vendange, qualité de tri souhaitée, ...

Le fonctionnement.
Les tables de tri vibrantes sont équipées de deux moteurs à masselottes mettant le plateau supérieur en vibration. C’est cette vibration (effet de vague) qui entraîne la vendange en bout de table.
Le principe de fonctionnement consiste à mettre un ensemble en résonance par l’intermédiaire de deux moteurs tournant à une fréquence identique. L’amplitude de la vibration engendrée permet une répartition de la vendange et l’avancement des débris végétaux sur un plateau perforé légèrement incliné.
Les débits autorisés par cette technique ou des tables d’égouttage et d’étalement ne dépassent pas 30 t/h.
Les tables vibrantes d’égouttage et d’écoulement constituent le premier élément de la chaîne de tri.


Un variateur électronique de vitesse peut être monté en option.

La vitesse d’avancement nécessaire à un tri efficace est fonction du nombre de trieurs - pour une longueur de table donnée - et de l’épaisseur de la couche de vendange.
Cette vitesse d’avancement utile n’autorise généralement que des débits de vendange faibles à très faibles qui conditionnent le choix des matériels placés en amont ou en aval.Le fonctionnement correct d’une chaîne de réception impose la règle suivante :
Appareil placé en amont de la table : son débit doit être inférieur de 5 % à celui de la table.
Appareil placé en aval de la table : son débit doit être supérieur de 5 % à celui de la table.
Il faut donc trouver un compromis satisfaisant qui assure à la fois :
un débit correct pour bien alimenter tous les appareils (érafloirs, pompes ...)
une bonne coordination des débits des différents appareils, avec un tri jugé suffisant.


Elles ont deux ou trois fonctions suivant les options :
L’égouttage de la vendange avant son introduction dans l’érafloir ou son passage sur une table de tri manuel.
L’étalement de la vendange avant son passage sur une table de tri manuel.
Le tamisage sélectif des particules plus petites que les baies de raisins.

Les éléments principaux à prendre en compte sont, l’égouttage et l’étalement de la vendange
L’entrée de la table est constituée d’une zone d’égouttage de la vendange comportant un bras d’étalement et une grille d’égouttage. Le jus est récupéré dans la pompe située sous la table et la vendange éraflée est guidée vers le plateau vibrant perforé.
Le support transporteur
Le support en inox, incliné vers l’avant, est constitué de perforations carrées. Celles-ci peuvent être de taille décroissante de l’entrée à la sortie de la table. Les baies passent dans ces perforations et sont récupérées sous la table dans la pompe à vendange. Les débris végétaux plus gros que les perforations avancent par vibrations et tombent en bout de table.
La motorisation et la fréquence de vibration
Le plateau perforé est fixé au châssis par l’intermédiaire de plusieurs "silentbloc" qui absorbent les vibrations crées par la motorisation. Le châssis reste stable sur la surface de travail, seul le plateau supérieur vibre et met la vendange en mouvement.


Table de tri vibrante automatique, schéma technique - Source MVS

Nettoyage et accessibilité
La facilité de nettoyage est un élément important pour l’hygiène et la durée de vie de la table.Si les éléments ne sont pas démontables, les différentes parties de la table doivent être néanmoins facilement accessibles pour permettre son lavage intégral.
 
Sécurité - Protection
Les appareils doivent être conformes à la législation en vigueur.
En particulier :
arrêt d’urgence
protection des points rentrants
protection des moteurs et des éléments de commande
blocage des roues pour les appareils mobiles.


Table de tri vibrante (Mistral) avec soufflerie.

margarita_never_on_sunday_ta_paidia_tou_peiraia.mp3 Margarita Never on Sunday Ta Paidia Tou Peiraia.mp3  (4.69 Mo)



Eraflage et Tri de la Vendange

L’éraflage est l’opération mécanique qui consiste à détacher et séparer les rafles des baies. Les érafloirs ont été initialement conçus pour égrapper les raisins récoltés manuellement. Avec le développement de la machine à vendanger, ils sont devenus également des trieurs capables d’éliminer les feuilles, pétioles et autres corps étrangers indésirables dans la vendange.
Les machines à vendanger ces dernières années, ont vu se développer de véritables systèmes d’éraflage intégrés comme l’égreneur embarqué sur les machines New Holland ou l’érafloir rotatif proche de l’érafloir de chai sur machine Grégoire. Ces systèmes d’éraflage à la récolte permettent le transport de la vendange sans les matières végétales habituellement récoltées par la machine.
Erafloir horizontal
Sur l’érafloir, les organes de travail sont : un batteur (ou hérisson) comprenant des battes (ou tiges) disposées en hélice sur l’arbre. Une cage cylindrique ajourée, séparant les rejets des produits nobles. Ils sont disposés horizontalement et ont un mouvement rotatif continu. Ces éléments sont mis en rotation à l’aide de moteurs électriques et protégés par un ou plusieurs capots. Ils sont généralement alimentés à partir d’une trémie d’alimentation.
 Batteur
Les batteurs sont métalliques ou en plastique, parfois réglables en orientation et en longueur, solidaires de l’arbre ou non. L’axe des batteurs est parfois excentré vers le bas de la cage pour faciliter le dégagement des feuilles. Sur la plupart des modèles, un variateur de régime permet de régler leur vitesse de rotation.
Les batteurs droits à embouts cylindriques en plastique ou en acier inoxydable présentent une surface d’impact* sur la vendange réduite, compensée par un nombre de batteurs plus important.
Les batteurs à embouts rapportés en matière plastique ou en acier inoxydable, réglables en inclinaison, permettent de régler la surface d’impact sur la vendange et, également, de modifier la vitesse d’évacuation des rafles.
Les batteurs plats en forme de pales sont souvent amovibles, boulonnés sur l’axe de rotation. Cette disposition offre une plus grande surface d’impact sur la vendange.
(*) La force d’impact fait intervenir la surface d’impact et la vitesse circonférencielle des batteurs qui augmente avec la longueur des batteurs et la vitesse de rotation de l’arbre.


Le fouloir-égrappoir (ou érafloir) sépare mécaniquement les grains de la partie ligneuse de la grappe (ou rafle).
Cage
Les cages rotatives tournent soit dans le même sens que le batteur, soit en sens inverse. Leur vitesse de rotation est environ dix fois plus faible que celle des batteurs. Certains modèles intègrent également un variateur de régime spécifique pour la cage.Les perforations de la cage pour le passage des baies peuvent avoir 20 à 35 mm de diamètre ou de largeur.
Tôle à perforations embouties (ou bords repoussés) pour éviter la dilacération des rafles
Montages de tiges emboîtables ; les éléments sont amovibles
Grillage en acier inoxydable soudé présentant une grande surface d’alvéoles
Grillage en fils tressés.


 






L'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Samedi 20 Février 2016
Adelin Pâques
Lu 879 fois

Médoc | Libourne | Graves | Bourgogne | Rhône | V.Blancs | Le Cellier | Classements | Régional | Vigne et Vin | Domaines | Presse | Librairie | Archives | Confidences


Infos XML
Reportages et chroniques au sujet du vin, la vigne, les châteaux et domaines. Informations et presse sur l'actualité des régions viticoles, appellations, vendanges, dégustations et classements. Avis et suggestions d'orientation dans la selection des vins.