Disparition de l'oenologue Denis Dubourdieu

Nous venons d"apprendre la disparition de Denis Dubourdieu, décédé le 26 juillet 2016 d'un cancer, à l'âge de 67 ans



Né en 1949 à Barsac, issu d"une famille de viticulteurs, il obtient son diplôme d'ingénieur agronome en 1972, formation qu’il enrichi par une maitrise en sciences économique en 1973 à l’université de Bordeaux et un doctorat en oenologie et ampélologie (Ensemble des disciplines dont l'objet est l'étude de la vigne) en 1978.  
Propriétaire de plusieurs châteaux, qu'il gérait avec son épouse et ses deux fils, il a révolutionné le monde des vins blancs que nous buvons aujourd’hui, surnommé, " le pape du blanc ". L'amélioration des vins blancs a été au centre de ses recherches, en récrivant la procédure générale d'élaboration, de son approche technique et sa vision d’un vin pur, sans défaut, au terroir identifiable et d'un long potentiel de garde. Ses travaux de recherche dans les années 80 des vins blancs modernes, inspirent la viticulture contemporaine, les méthodes de vinification et leur expression aromatique, sont passées dans les moeurs et appliquées dans le bordelais, ensuite adoptées dans le monde entier.  
Outre son activité de professeur à la Faculté, il fut aussi, oenologue, chercheur, consultant et vigneron. Auteur de nombreux  ouvrages scientifiques et techniques, son livre "autour d'une bouteille", ainsi que l'auteur en coopération avec son professeur Pascal Ribéreau-Gayon " l'oenologie dans tous ses états " en 2 volumes, éditions Dunod. Fondateur-directeur, en 2009, de l'institut des sciences de la vigne et du vin (ISVV), rattaché aux universités de Bordeaux et de Pau.   
Sa vie à été entièrement consacrée au vin, dont la technique devait permettre au vin de susciter de l’émotion. Il s'efforçait à s’éloigner le plus possible des modes de consommation, pour lui, le vin doit se prononcer et entrer en résonance avec la sensibilité des dégustateurs. Réputé pour sa vision d'un vin pur, sans défaut, qu’il a tenté d’imposer dans ses châteaux : Doisy Daëne, Clos Floridène, Cantegril, Château Reynon, mais aussi auprès des propriétés qu’il conseillait, entre autre Yquem, Haut-Bailly, château Margaux, Paul Jaboulet ou encore la maison Louis Jadot. Sa conception du vin continuera de vivre dans toutes les bouteilles des domaines qu’il a conseillés, ainsi que tous ses élèves perpétueront son héritage immense. 
A son épouse Florence, ses deux fils, Fabrice et Jean-Jacques et familliers, nous présentons nos plus sincères condoléances.  

Jeudi 28 Juillet 2016
Adelin Pâques
Lu 183 fois

Médoc | Libourne | Graves | Bourgogne | Rhône | V.Blancs | Le Cellier | Classements | Régional | Vigne et Vin | Domaines | Presse | Librairie | Archives | Confidences