Les Carmes Haut-Brion, véritable joyau bordelais

Le château Les Carmes Haut-Brion a un nouveau propriétaire suivant l'acte d'acquisition signé le 24 décembre 2010



Les Carmes Haut-Brion, véritable joyau bordelais
Avec ses 4,7 hectares de vignes, ainsi que son magnifique parc de 3 hectares dessiné par le paysagiste Fischer et son château du XIXème siècle a fait l’objet de larges convoitises lors de l’annonce de sa vente, notamment par Haut-Brion, située à quelques centaines de mètres.
Après plus d’un an de tractation, c’est finalement la proposition du Groupe Pichet, important promoteur immobilier de la région, qui a été retenue par les anciens propriétaires. Le montant de la transaction attire particulièrement l’attention, laquelle s’élève à 18 millions d’euros soit entre 2 et 3 millions d’euros l’hectare de vigne. Cette opération semble être un sommet jamais atteint en Bordelais, selon Sud Ouest qui compare la transaction avec celles de Pauillac ou Pomerol, qui n’ont jamais dépassé 1,5 millions d’euros. Après le  rachat du château Montrose par Martin et Olivier Bouygues, qui avaient dépensé 140 millions d’euros en 2007, soit plus de 2 millions d’euros/hectare, le promoteur suivrait une tendance à la hausse du prix des vignes réputées
Seul château dont une partie est située sur la commune de Bordeaux, le reste du domaine s’étend dans les Graves sur les villes de Pessac et de Mérignac, et représente une véritable opération de prestige pour le Groupe. C'est dans le cadre d’une diversification des activités du Groupe qui a d’ores et déjà prévu des investissements significatifs, notamment dans la construction de chais neufs. Un soin tout particulier sera apporté à l’optimisation de la vigne ainsi qu’à la qualité du vin, lequel a toujours été élaboré dans le respect de la tradition par la Famille Chantecaille- Furt. C’est ce que le Groupe souhaite avant tout conserver en y alliant un système de production moderne. Le millésime 2009 se vend environ 50 € la bouteille.

Les Carmes Haut-Brion, véritable joyau bordelais
Peu de temps avant de passer de vie à trépas à 101 ans, Jean de Pontac, seigneur de Haut-Brion, songea qu'il fallait gagner son ciel. C'est ainsi qu'il donna en 1584 aux Carmes de Notre-Dame, un moulin à eau entouré de prés et de vignes. Les Pères Carmes conserveront l'appellation « Haut-Brion » pendant 200 ans. Puis l'usage transforme progressivement le nom en « Carmes Haut-Brion ». Jamais durant toute cette période, le domaine des Carmes de Haut-Brion n'a changé de propriétaire et n'a donné lieu à aucune des transactions si fréquentes sous l'Ancien Régime. C'est ainsi que le domaine des Carmes Haut-Brion. aborde les bouleversements de la Révolution. Les confiscations des biens de l'Eglise ont fait en 1791 du domaine des Carmes Haut-Brion un bien national. Les Carmes Haut-Brion furent rachetées au début du XIXe siècle par Léon Colin, négociant en vins de Bordeaux, ancêtre direct des propriétaires actuels, la famille Chantecaille-Furt. Aujourd'hui, Didier Furt et son épouse Caroline administrent le domaine des Carmes Haut-Brion secondés depuis 2005 par leur fille Pénélope. Acquit en octobre 2010 par le Groupe Pichet, important promoteur immobilier de la région.
Des portes de Bordeaux à la forêt des Landes, par les frontières du Médoc aux terres sauternaises, l'appellation Graves étend majestueusement ses lianes. Renfermant en son sein Pessac-Léognan , ces deux AOC possèdent en leurs vignobles le renouveau de Bordeaux. Terre promise des vins rouges et blancs, elle est la seule dont le nom est aussi celui de son terroir. Vins frais et fruités vinifiés avec maitrise par la nouvelle génération.

Lundi 3 Janvier 2011
Lu 1277 fois

Médoc | Libourne | Graves | Bourgogne | Rhône | V.Blancs | Le Cellier | Classements | Régional | Vigne et Vin | Domaines | Presse | Librairie | Archives | Confidences